Marseille 2012 

Dans quelle région du globe trouve-t-on à la fois des diodons, des mérous et des bélougas ??? Nulle part ? Mais siii ! A Marseille, peuchère !!! 

Dernier week-end de juillet…les valises sont bouclées, le matos empaqueté, les bouteilles gonflées, le plein fait, la Visa prête en vue des péages, les pieds dans les starting-blocks… Le départ est lancé ! Bison Futé annonce un week-end noir… Forcément, c’est le grand chassé-croisé des juilletistes et des vacanciers du mois d’août. Certains évitent de justesse les bouchons à Lyon tandis que d’autres, moins chanceux, prennent leur mal en patience. Les orages annoncés sont derrière nous, nous filons droit vers le soleil. Les chambres d’hôtes et petits hôtels de bord d’autoroute accueillent  ceux qui ne souhaitent pas faire 1000 bornes d’une traite.

L’entrée à Marseille ne se déroule pas sans encombres : dans les tunnels fort longs, le GPS perd le signal…on se trompe de voie…on râle, on recommence, on arrive un peu par hasard sur le Vieux Port…et enfin, on arrive à la villa sise au n° 25 rue Eugène Cuénot dans le quartier Sainte-Marguerite (Familles Desmet, Denison et Piérard).

Alain Roulet fait le voyage « tranquillos » par avion au départ de Lille. C’est Vincent qui va le chercher à Marignane. Les autres bélougas, la famille Burton, Vincent Pâques et sa famille, Dominique Gillebert, sa compagne et la fille de celle-ci logent à l’hôtel Ibis Bonneveine. (à deux pas du centre commercial où certaines dames font les soldes jeudi après midi…Yolande, Martine, entre autres, semblent y faire de bonnes affaires). Benoît Rochus et sa smala crèchent quant à eux dans une villa près du quartier Bonneveine. Les Mérous (avec femmes et enfants) logent eux aussi dans une villa proche du port. Les Diodons sont hébergés, je pense, à l’hôtel.

Il fait beau, il fait chaud…ça fait du bien… on en avait bien besoin, du soleil ! Mais pas de la voracité des moustiques !!! Sales bêtes ! A eux seuls, ils arrivent à gâcher mon plaisir d’être là.. D’autant que je fais une réaction assez virulente à l’histamine…on me surnomme le dalmatien rose !

Le samedi vers 18 heures, nous avons rendez-vous à l’Archipel Plongée pour déposer notre matériel et faire une première rencontre. Le centre se trouve dans un petit port de pêche, la Madrague de Montredon au pied du Mont Rose, à l’Est de la Ville. Face au centre, au loin, Notre-Dame de la Garde… splendide ! Eric Bacci, le capitaine nous accueille dans son établissement, nous présente Jean-Pierre Ach, le bosco, surnommé « Jeep » (car il passe partout). C’est ce dernier qui s’occupe, entre autres du gonflage des bouteilles, et qui m’accompagnera lors de mes plongées hors cadre du stage puisque je ne suis toujours pas deux étoiles… (eh non ! va quand même falloir que je m’y mette)

Le matériel, stocké dans des malles ou des grands sacs, est rangé dans les vestiaires. Ces vestiaires (un peu rikiki pour les dames qui sont nombreuses pour ce stage) sont équipés de douches et de toilettes. Quel confort ! La grande terrasse sert pour les excellents repas qui nous sont servis le midi, la « proclamation » des palanquées du jour par notre président, le briefing, le débriefing et les éventuelles troisièmes mi-temps…

Pour embarquer sur le Monté Cristo, le bateau qui nous emmène sur les différents sites, il n’y a que la rue à traverser, c’est vraiment pratique… A bord, les blocs sont fixés à l’arrière du bateau. Il n’y a pas beaucoup de place, d’autant que plusieurs plongeurs utilisent des « bi ».

Eric, à l’aide de cartes, nous explique les choses qu’il y a à voir, faune, flore, tombants, grottes, épaves,… nous parle de l’histoire de la région : naufrages, guerre… nous renseigne sur les éventuels courants et autres dangers auxquels les plongeurs peuvent être confrontés…il connaît bien son sujet !

Mercalm, Touristil, Biodramina et autres anti-nauséeux sauvent les plus sujets au mal de mer…malgré cela, quelques-uns nourrissent les poissons : Alain Roulet, Annick Vande Brande, Chantal Soete,…ainsi qu’une dame venue se joindre à nous pour une seule plongée… Les pauvres !

L’ambiance à bord est chaleureuse. Arthur Genot nous régale de ses petites friandises sucrées bienvenues après l’effort. Après la plongée du matin, toujours sur le bateau, nous buvons chaque jour le verre de l’amitié : pinard, sangria et petits trucs à grignoter circulent parmi tous les plongeurs, renforçant ainsi la camaraderie conviviale.

Les deux premiers jours, un couple de plongeurs helvétiques se joint à nous. Ce sont des amis de Philippe Germaux et de Nathalie Palermo, nos bélougas monégasques. Certains, comme Joël Lemarque ou Alain Denison, profitent des plongées pour évoluer vers de nouvelles étoiles ou de nouveaux brevets.

Pour le repas de midi, Noah et sa maman, Caro, viennent rejoindre Vincent tandis qu’Anne-Sophie Burton vient prendre le repas avec sa sœur Caroline et ses parents Martine et Pierre. Après le repas, Noah s’endort dans sa poussette…sous l’œil attendri de chacun. Un peu jaloux, notre président lui pique son biberon et son doudou pour faire pareil !! Quel pitre, celui-là !

L’après-midi, Anne-Sophie accompagne les plongeurs sur le bateau…elle propose à qui veut de faire des massages bien agréables…elle est douée !

Les journées se déroulent dans la bonne humeur générale…l’humour est souvent de mise. Les uns n’hésitant pas à « chambrer » les autres dès que faire se peut. Pas évident de plonger sans palmes, hein, Dominique ? Pas évident non plus, les directions de palanquées en mer, hein Alain (Denison) ? Mais bon, tu t’es méchamment bien rattrapé. Chapeau bas !

La promiscuité et la vie en groupe, ce n’est pas toujours évident…il y a des lunettes qui se perdent, des palmes ou des bottillons qui se déplacent tout seuls.. mais dans l’ensemble, tout se passe au mieux.

Le dernier jour, cependant Joël ne se sent pas bien après la plongée du matin…il a froid… après le repas, il s’étend sur le canapé de la salle du restaurant où il sombre rapidement dans les bras de Morphée. Nous le laissons dormir tandis que nous entamons notre dernière plongée. Chantal, pas trop en forme, reste au port, elle aussi. Lorsque Joël émerge, il tremble, il est fébrile. Les pompiers sont aussitôt alertés et arrivent très rapidement (3 minutes !). Joël est alors embarqué vers les urgences où on lui décèle une infection urinaire. Il quitte heureusement l’hôpital le soir même. Michel Deschepper le récupère et le ramène en Belgique où il pourra subir des examens complémentaires. Espérons qu’il se rétablira très vite.

Quand on se plaît, le temps passe vite… il faut déjà replier, ranger, et songer au retour… en une ou deux étapes, c’est selon… Alain Roulet (encore lui) qui ne fait jamais rien comme tout le monde, se présente à l’aéroport (conduit par Benoît)…où on lui annonce que son vol est supprimé ! ça n’arrive qu’à lui, ce genre de truc ! Bref, on lui propose de prendre un vol le lendemain, ce qu’il refuse, ou alors on lui propose un vol vers Paris où il peut prendre le TGV vers Lille où il prend un bus pour rejoindre l’aéroport (de Lille) où l’attend sa voiture… Quelle aventure !

On se donne rendez-vous dans la semaine à la Plate Taille (ou ailleurs) où nous retrouvons nos eaux sombres et troubles que nous aimons finalement bien…et puis, ça nous permet de rincer !

Vivement l’année prochaine ! 

Liste des participants au stage Marseille 2012 :

Pour les Mérous :
Alain Lebon et son épouse Sabrina, Pascal Cuvelier et Geert Dewijn

Pour les Diodons :
Philippe Halloin et son épouse Yolande Kinif
Arthur Genot, Michel Deschepper et Joël Lemarque,

Pour les Bélougas :
Pierre Burton, son épouse Martine Castreman et leur fille Caroline
Benoît Rochus
Philippe Desmet, son épouse Chantal Soete et leur fille Déborah
Philippe Germaux et son épouse Nathalie Palermo
Alain Denison, son épouse, Annick Vande Brande et leur fille Caroline
Alain Roulet, Dominique Gillebert, Sylvian Piérard…et moi, en électron libre !

E.P.S.M.F  Les Bélougas A.S.B.L. - Ecole de plongée sous-marine de Florennes
N° d'entreprise 417.778.604 - Siège social : Rue Grande,  8a - 562O CORENNE